Bons plans,  Voyage

Bien comprendre le bonus-malus dans l’assurance automobile

Les assurances aiment récompenser leurs bons conducteurs. Dans un même temps, s’ils récompensent les bons conducteurs, ils pénalisent aussi les mauvais conducteurs. Vous avez déjà bénéficié d’un malus ou d’un bonus, mais vous n’avez pas compris exactement d’où il venait. Nous allons vous éclairer sur la hausse ou la baisse de votre prime annuelle d’assurance auto due. En tant que conducteur, vous allez comprendre à quoi sert ce coefficient de réduction-majoration (CRM), et comment le calculer. Bien sûr, rappelez vous que le CRM s’applique sur le montant de votre assurance, donc quand la MMA vous propose une offre d’assurance pas chère, elle reste avantageuse !

 

Apprendre à calculer son bonus-malus

Pour comprendre comment les bonus et les malus fonctionnent, il faut comprendre ce qu’ils sont vraiment. Il s’agit d’un système légal commun à tous les assureurs. En changeant d’assurance, vos malus, ou vos bonus vous suivent. Ces coefficients ont été mis en place afin de récompenser les conducteurs n’ayant pas d’accident responsable. Si vous êtes un de ces conducteurs, vous devez percevoir une diminution de votre prime d’assurance annuelle. Si vous êtes, au contraire, un conducteur ayant eu un ou des sinistres responsables, votre prime va augmenter.

 

Sachez qu’en cas de vol, d’incendie, ou autres sinistres dont les causes sont indépendantes de vous, vous n’aurez pas de malus.

 

Afin de protéger les conducteurs, même les plus maladroits, des plafonds ont été fixés par la loi. Ces plafonds sont différents pour le bonus et le malus. En ce qui concerne le bonus, le plafond est fixé à 50 %, un coefficient de 0,5. Pour le malus, il est limité à 350 %, un coefficient de 3,5.

 

Concrètement, comment calculer son bonus-malus ? Lors de votre inscription en tant que nouveau conducteur, vous avez un coefficient égal à 1. Cela veut dire que vous n’avez ni bonus ni malus. Ce qui semble logique étant donné que vous êtes nouveau sur les routes. Chaque année, votre coefficient sera calculé. Si vous n’avez jamais été responsable dans un accident, vous allez bénéficier de 5 % de réduction sur votre prime d’assurance annuelle. De plus, l’assurance va multiplier votre bonus-malus de l’année précédente par 0,95. En cas d’accident dans l’année, votre prime sera revue à la hausse et multiplie votre bonus-malus de l’année précédente par 1,25. En cumulant les accidents, vous cumulez les malus avec un coefficient maximal de 3,5. Après 2 années sans accident responsable, votre coefficient retombe automatiquement à 1.

Quels accidents vont avoir un impact sur votre prime ?

Tous les accidents ne vont pas engendrer un bonus ou un malus. Dans un accident où vous n’êtes pas considéré comme responsable, vous n’aurez aucun malus. D’autres accidents peuvent être considérés comme « non pénalisants ». Par exemple, si une personne a pris votre véhicule à votre insu et provoque un accident, vous n’êtes en rien responsable. Par contre, si cette personne vit à votre domicile, vous pouvez être déclaré responsable. Attention, si vous prêtez votre voiture à un ami et que cet ami a un accident, c’est tout de même votre coefficient qui augmentera.

 

Certains accidents peuvent être provoqués en cas de force majeure. Dans ce cas, votre coefficient restera intact. Cela vaut aussi lorsque vous heurtez un animal sauvage. S’il est prouvé que vous auriez pu l’éviter, vous êtes alors considéré comme responsable et un malus vous sera imposé.